IAMGOLD – IAMGOLD annonce ses résultats de fin d’exercice 2018 montrant un accroissement des réserves, un solide éventail d’actifs et une bonne situation de trésorerie

IAMGOLD Corporation  has added a new news release to its web site.

IAMGOLD annonce ses résultats de fin d’exercice 2018 montrant un accroissement des réserves, un solide éventail d’actifs et une bonne situation de trésorerie

Click Here for a complete listing of IAMGOLD Corporation news releases.

——————-
To unsubscribe from this list please visit the email alert section of the IAMGOLD site.

Toutes les valeurs monétaires sont exprimées en dollars américains, sauf indication contraire.
Pour plus d’informations, consultez le rapport de gestion et les états financiers consolidés annuels audités au 31 décembre 2018.

Toronto, Ontario–(Newsfile Corp. – le 20 février 2019) – IAMGOLD Corporation (TSX: IMG) (« IAMGOLD » ou « la Société ») présente ses résultats financiers consolidés et ses résultats d’exploitation du quatrième trimestre et de l’exercice terminés le 31 décembre 2018.

« L’année 2018 a été consacrée à bâtir l’avenir tout en demeurant concentré sur la création de valeur supérieure pour les actionnaires, a indiqué Steve Letwin, président et chef de la direction d’IAMGOLD. Outre l’atteinte des prévisions de production de 882 000 onces d’or attribuables en 2018 et de coûts de maintien tout inclus de 1 057 $ par once d’or vendue, nous avons accru les réserves prouvées et probables de 23 % et publié des études de faisabilité rigoureuses pour les projets Côté Gold et Boto, tout en maintenant un état de la situation financière fort. Nous croyons en la valeur positive et transformatrice de Côté Gold, mais avons reporté la décision de construction jusqu’à ce que la conjoncture soit plus favorable et stable. En 2018, nous avons déclaré des réserves à Saramacca et avons commencé la mise en valeur afin d’acheminer le minerai à l’usine de Rosebel. Nous avons aussi annoncé une première estimation des ressources de Monster Lake, de Borosi Est et de Gossey, et avons obtenu un succès considérable à nos projets d’exploration primaire Nelligan et Diakha-Siribaya. De plus, nous établissons un cadre de référence du rôle de la technologie dans l’exploration minière. En 2018, nous avons notamment terminé la centrale solaire thermique hybride de 15 mégawatts crête (MWc) pour nos activités à Essakane et avons investi dans une meilleure technologie pour indiquer que notre production d’or provient de source responsable. IAMGOLD entame 2019 en se concentrant sur la valeur qu’elle apportera aux actionnaires au moyen des améliorations opérationnelles, l’avancement des travaux d’ingénierie et l’atténuation des risques à ses projets. »

Faits saillants de 2018

Résultats financiers

  • Les produits de 1 111,0 millions $ étaient en hausse de 16,1 millions $ par rapport à 2017.
  • Le profit brut de 136,9 millions $ était en baisse de 16,0 millions $ par rapport à 2017.
  • La perte nette attribuable aux porteurs de capitaux propres s’élevait à 28,2 millions $ (0,06 $ par action) comparativement à un profit net de 501,6 millions $ (1,08 $ par action) en 2017. La diminution était principalement attribuable aux reprises de perte de valeur au projet Côté Gold et à la mine Rosebel totalisant 524,1 millions $ au cours de l’exercice précédent.
  • Le profit net rajusté attribuable aux porteurs de capitaux propres2 de 29,8 millions $ (0,06 $ par action2) s’est accru de 0,5 million $ comparativement à 2017.
  • La trésorerie nette provenant des activités d’exploitation s’élevait à 191,1 millions $, soit une baisse de 104,2 millions $ comparativement à 2017, principalement en raison d’une augmentation des éléments hors trésorerie du fonds de roulement et des empilements de minerai non courants. Cette augmentation découlait essentiellement des stocks accrus de fournitures minières, des comptes fournisseurs et autres créditeurs plus élevés à l’exercice précédent et de l’empilement d’une quantité supérieure de minerai à basse teneur.
  • La trésorerie nette provenant des activités d’exploitation avant les variations du fonds de roulement2 s’élevait à 288,4 millions $, soit une baisse de 5,6 millions $ par rapport à 2017.
  • La trésorerie, les équivalents de trésorerie, les placements à court terme et la trésorerie affectée totalisaient 758,0 millions $ au 31 décembre 2018. La trésorerie et les équivalents de trésorerie se chiffraient à 615,1 millions $, les placements à court terme, principalement dans des instruments du marché monétaire, à 119,0 millions et la trésorerie affectée, à 23,0 millions $.

Performance opérationnelle

  • La production aurifère attribuable de 882 000 onces était équivalente à celle de 2017 et comprenait une production aurifère record de 405 000 onces à Essakane.
  • Les ventes d’or attribuables s’élevaient à 872 000 onces, soit une hausse de 1 000 onces par rapport à 2017.
  • Le coût des ventes1 s’élevait à 815 $ par once vendue, soit une hausse de 32 $ par once par rapport à 2017.
  • Les coûts de maintien tout inclus2 se chiffraient à 1 057 $ par once vendue, soit une hausse de 5 % par rapport à 2017.
  • Le total des coûts décaissés2 représentait 793 $ par once produite, soit une hausse de 38 $ par once comparativement à 2017.
  • La marge sur l’or2 s’élevait à 477 $ par once, soit une baisse de 29 $ par once par rapport à 2017.
  • Les coûts en immobilisations de 302,1 millions $ correspondaient aux prévisions de 305 millions $ (±5 %).

Développements stratégiques

Réserves et ressources :

  • Au 31 décembre 2018, les réserves aurifères prouvées et probables attribuables totalisaient 17,9 millions d’onces, soit une hausse de 23 % par rapport à la fin de 2017. Les ressources mesurées et indiquées attribuables (incluant les réserves) s’élevaient à 27,9 millions d’onces, et les ressources présumées attribuables totalisaient 8,7 millions d’onces, respectivement en hausse de 13 % et en baisse de 1 %, comparativement à la fin de 2017.
  • À Essakane, la Société a annoncé une augmentation de 39 % des réserves à l’achèvement de l’étude de préfaisabilité du projet de lixiviation en tas.
  • La Société a annoncé une augmentation de 51 % des réserves à Rosebel, dont près des deux tiers des 1,6 million d’onces additionnelles proviennent de Saramacca, sur une base attribuable.
  • La Société a annoncé une première estimation des ressources présumées au projet en coentreprise Borosi Est au Nicaragua.
  • La Société a annoncé une première estimation des ressources présumées au projet en coentreprise Monster Lake comprenant 1,1 million de tonnes d’une teneur moyenne de 12,14 grammes d’or par tonne, représentant 433 300 onces d’or contenu.
  • IAMGOLD a annoncé une première estimation des ressources à son gisement Gossey situé à environ 15 kilomètres au nord-ouest de l’exploitation Essakane au Burkina Faso.

Mises en valeur et exploitations :

  • La Société a annoncé des résultats positifs à l’issue de l’étude de faisabilité du projet Côté Gold. Sur une base à 100 %, le total des réserves prouvées et probables se chiffrait à 7,3 millions d’onces, le total des ressources mesurées et indiquées (incluant les réserves) à environ 10,0 millions d’onces et les ressources présumées à 2,4 millions d’onces. Les principaux résultats du plan minier prolongé indiquaient une durée de vie de la mine (« DVM ») de 18 ans comportant une production moyenne annuelle de 372 000 onces (407 000 onces annuellement en moyenne de la première à la quinzième année), un total des coûts décaissés moyens sur la DVM de 606 $ par once produite et des coûts de maintien tout inclus de 703 $ par once vendue. La valeur actualisée nette après impôt du plan minier prolongé comparativement au plan de référence augmenterait de 110 millions $ à 905 millions $, à un taux d’actualisation de 5 % et à un taux de rendement interne après impôt de 15,4 %, et comporterait une période de récupération de 4,4 ans. Le 28 janvier 2019, la Société a annoncé le report de la décision de construction du projet Côté Gold jusqu’à ce que la conjoncture du marché soit plus favorable et stable. En 2019, la Société compte se concentrer sur l’atténuation des risques liés au projet en faisant progresser les travaux d’ingénierie, d’obtention de permis et de forage au diamant.
  • La Société a annoncé des résultats positifs à l’issue de l’étude de faisabilité du projet Boto. Les principaux résultats indiquaient des réserves (sur une base à 100 %) de 1,9 million d’onces et une DVM de 12,8 ans et comprenaient une production moyenne annuelle de 140 000 onces, un total des coûts décaissés moyens sur la DVM de 714 $ par once produite et des coûts de maintien tout inclus de 753 $ par once vendue. La valeur actualisée nette à un taux d’actualisation de 6 % s’élève à 261 millions $ et comporte un taux de rendement interne de 23 % et une période de récupération de 3,4 ans.
  • Le gouvernement du Sénégal a délivré un avis d’approbation à l’égard de l’étude d’impact environnemental et social (« ÉIES ») du projet Boto.
  • La Société a reçu l’approbation du ministère des Ressources naturelles du Suriname de commencer la construction de la portion principale du chemin de halage de Saramacca de 18 kilomètres à l’extérieur du bail d’exploitation minière de Rosebel.
  • La Société a annoncé l’achèvement de la centrale solaire de 15 MWc à Essakane qui devrait permettre de diminuer sa consommation de carburant d’environ 6 millions de litres de carburant par an et de réduire ses émissions annuelles de CO2 d’environ 18 500 tonnes. Pour la période se terminant le 31 décembre 2018, les résultats ont dépassé les attentes, et Essakane a économisé environ 3,9 millions de litres de carburant et a réduit ses émissions de dioxyde de carbone d’environ 12 000 tonnes au cours des sept mois suivant la mise en service.

Résultats financiers :

  • La Société a annoncé la modification de sa facilité de crédit, qui est passée de 250 millions $ à 500 millions $, dont la durée a été prolongée jusqu’en 2023 et qui comporte une option d’accroître la somme engagée de 100 millions $.
  • L’agence de notation Moody’s Investor Service a relevé la cote de crédit de la Société de B1 à Ba3 assortie d’une perspective stable.
  • À la publication du rapport technique 43-101, la Société a reçu de Sumitomo Metal Mining Co., Ltd. (« SMM ») un paiement définitif en trésorerie de 95 millions $ à la fin de 2018 aux termes de la vente de la participation de 30 % dans le projet Côté Gold conclue en juin 2017.
  • La Société a réalisé un investissement stratégique dans Tradewind Markets inc., société de technologie financière qui utilise la chaîne de blocs pour accélérer et simplifier le négoce numérique de l’or. La Société a aussi annoncé un investissement stratégique dans Emergent Technology Holdings LP, société de technologie financière qui utilise la chaîne de blocs pour faire un suivi de l’or afin d’assurer qu’il provient d’une source responsable.

Après la fin de l’exercice

  • La Société a conclu un accord de vente à terme d’or et recevra un paiement anticipé de 170 millions $ en contrepartie de la livraison de 150 000 onces d’or en 2022.
  • La Société a publié une mise à jour de l’estimation des ressources minérales à son projet Diakha-Siribaya.
  • La Société a reçu un avis du gouvernement du Suriname approuvant l’ÉIES pour le projet Saramacca.
  • À Rosebel, l’usine de charbon en colonne conçue pour améliorer la récupération a été mise en service et est maintenant pleinement fonctionnelle.
  • Le module de génération d’oxygène à Essakane visant à améliorer la récupération a été mis en service et est maintenant pleinement fonctionnel.
  • De concert avec son partenaire en coentreprise, AngloGold Ashanti Limited, IAMGOLD a conclu une entente avec le gouvernement du Mali relativement à la vente de la participation indirecte de 80 % du partenaire en coentreprise dans la mine de Yatela moyennant 1 $, sous réserve de certaines conditions et moyennant le paiement forfaitaire d’un montant correspondant aux coûts estimés de la réhabilitation et de la fermeture de la mine, ainsi que des programmes sociaux.

Prochains catalyseurs de croissance

  • Au deuxième trimestre de 2019, la Société s’attend à terminer l’étude de faisabilité présentant les possibilités d’optimiser davantage le circuit de charbon en lixiviation (« CEL ») et le potentiel de la lixiviation en tas à Essakane.
  • Le commencement de la production à Saramacca est prévu au second semestre de 2019. La prospection devrait se poursuivre au corridor Saramacca-Brokolonko pour confirmer la présence de minéralisation et évaluer le potentiel des ressources.
  • À Rosebel, une étude préliminaire visant à évaluer le potentiel d’exploitation minière souterraine au gisement Saramacca est en cours. Elle pourrait réduire de façon importante le volume de stériles et réduire les coûts.
  • L’approbation de la demande d’une concession minière faite auprès du gouvernement du Sénégal concernant le projet Boto est attendue au second semestre de 2019. Une décision d’investissement suivra en fonction de la stratégie globale d’investissement et de croissance de la Société.
  • La Société élabore un plan de la DVM révisé à Westwood et compte présenter une mise à jour au quatrième trimestre de 2019.
  • Au projet Nelligan, un programme initial comportant entre 12 000 et 15 000 mètres de forage au diamant est prévu en 2019 pour définir et tester davantage la continuité des zones minéralisées visant à produire une première estimation des ressources conformes à la Norme canadienne 43-101.

SOMMAIRE DES RÉSULTATS FINANCIERS ET DES RÉSULTATS D’EXPLOITATION

Trois mois terminés le
31 décembre
Exercices terminés le
31 décembre
Résultats financiers (millions $, sauf indication contraire)    2018 2017 2018 2017
Produits 274,3 $ 291,1 $ 1 111,0 $ 1 094,9 $
Coût des ventes 250,3 $ 250,0 $ 974,1 $ 942,0 $
Profit brut 24,0 $ 41,1 $ 136,9 $ 152,9 $
Profit net (perte nette) attribuable aux porteurs de capitaux propres d’IAMGOLD (34,8) $ (17,7 ) $ (28,2) $ 501,6 $
Profit net (perte nette) attribuable aux porteurs de capitaux propres ($/action) (0,07) $ (0,04 ) $ (0,06) $ 1,08 $
Profit net (perte nette) rajusté attribuable aux porteurs de capitaux propres d’IAMGOLD1 (16,1) $ (13,8 ) $ 29,8 $ 29,3 $
Profit net (perte nette) rajusté attribuable aux porteurs de capitaux propres ($/action)1 (0,03) $ (0,03 ) $ 0,06 $ 0,06 $
Trésorerie nette provenant des activités d’exploitation      23,1 $ 65,2 $ 191,1 $ 295,3 $
Trésorerie nette provenant des activités d’exploitation avant les    
variations du fonds de roulement1      55,7 $ 68,2 $ 288,4 $ 294,0 $
Importantes statistiques d’exploitation    
Ventes d’or – attribuables (milliers d’onces) 220 230 872 871
Production aurifère – attribuable (milliers d’onces) 231 228 882 882
Prix moyen réalisé de l’or1 ($/once) 1 233 $ 1 277 $ 1 270 $ 1 261 $
Coût des ventes2 ($/once) 843 $ 802 $ 815 $ 783 $
Total des coûts décaissés1 ($/once) 797 $ 751 $ 793 $ 755 $
Coûts de maintien tout inclus1 ($/once) 1 123 $ 1 071 $ 1 057 $ 1 003 $
Marge sur l’or1 ($/once) 436 $ 526 $ 477 $ 506 $

 

1 Il s’agit d’une mesure hors PCGR. Se reporter à la section des mesures de rendement hors PCGR du rapport de gestion.
2 Le coût des ventes, excluant l’amortissement, comme indiqué à la note 38 des états financiers annuels consolidés de la Société sur une base attribuable d’onces vendues (hormis les participations ne donnant pas le contrôle de 10 % à Essakane et de 5 % à Rosebel), n’inclut pas les coentreprises comptabilisées selon la méthode de mise en équivalence.

FAITS SAILLANTS DE L’EXERCICE ET DU QUATRIÈME TRIMESTRE DE 2018

Rendement financier

  • Les produits en 2018 s’élevaient à 1 111,0 millions $, soit une hausse de 16,1 millions $ par rapport à 2017. Cette hausse était principalement attribuable au volume accru des ventes à Essakane (13,1 millions $) et à un prix de l’or réalisé supérieur (7,8 millions $), qui ont été en partie contrebalancés par un volume des ventes moindre à Rosebel (2,2 millions $) et à Westwood (1,2 million $). Les produits au quatrième trimestre de 2018 se chiffraient à 274,3 millions $, soit un déclin de 16,8 millions $ ou 6 % par rapport à la même période de l’exercice précédent. Ce déclin était principalement attribuable au volume moindre des ventes à Westwood (12,1 millions $) et à Essakane (12,1 millions $) et à un prix de l’or réalisé inférieur (9,7 millions $), qui ont été en partie contrebalancés par un volume des ventes supérieur à Rosebel (17,4 millions $).
  • Le coût des ventes en 2018 s’élevait à 974,1 millions $, soit une hausse de 32,1 millions $ par rapport à 2017. L’augmentation était attribuable aux coûts d’exploitation plus élevés (29,9 millions $) et aux redevances supérieures (2,2 millions $). Les coûts d’exploitation étaient supérieurs principalement en raison de la hausse des coûts d’énergie et des coûts d’entretien à Essakane et à Rosebel, d’une augmentation des coûts d’entrepreneurs découlant d’une production minière accrue à Essakane et de l’affaiblissement du dollar américain par rapport à l’euro, qui ont été en partie contrebalancés par des frais de découverture capitalisés supérieurs à Essakane. Le coût des ventes au quatrième trimestre de 2018 se chiffrait à 250,3 millions $ et demeure semblable à celui de la même période de l’exercice précédent. Les coûts d’exploitation supérieurs (4,2 millions $) et des redevances accrues (0,1 million $) ont été contrebalancés par une charge d’amortissement moindre (4,0 millions $). Les coûts d’exploitation étaient supérieurs principalement en raison de la hausse des coûts d’énergie, de l’augmentation des coûts d’entretien préventif à Essakane et à Rosebel, et de l’augmentation des coûts d’entrepreneurs découlant d’une production minière accrue à Essakane, en partie contrebalancés par l’appréciation du dollar américain par rapport à l’euro et au dollar canadien.
  • La charge d’amortissement en 2018 s’élevait à 265,4 millions $ et demeure comparable à celle de l’exercice précédent, en raison de l’accroissement des réserves à Essakane et à Rosebel, qui a été contrebalancée par une charge d’amortissement accrue à Rosebel. La charge d’amortissement au quatrième trimestre de 2018 s’élevait à 64,2 millions $, soit une baisse de 4,0 millions $ ou de 6 % par rapport à la même période de l’exercice précédent. Cette baisse provenait principalement d’un accroissement des réserves à Essakane et à Rosebel.
  • La charge d’impôts sur les résultats en 2018 se chiffrait à 38,0 millions $, soit un déclin de 59,6 millions $ par rapport à 2017. La charge d’impôts sur les résultats de 2018 incluait une charge d’impôts exigibles de 45,1 millions $ (59,7 millions $ en 2017) et une récupération d’impôts différés de 7,1 millions $ (charge de 37,9 millions $ en 2017). La diminution de la charge d’impôts découlait principalement des modifications aux actifs et passifs d’impôts différés sur les résultats, des différences de l’incidence des fluctuations de change et des différences entre les niveaux de résultats imposables d’une période par rapport à l’autre dans les territoires où la Société exerce ses activités.
  • La perte nette attribuable aux porteurs de capitaux propres en 2018 s’élevait à 28,2 millions $ (0,06 $ par action), comparativement à un profit net de 501,6 millions $ (1,08 $ par action) à la même période de l’exercice précédent. La diminution était principalement attribuable aux reprises de pertes de valeur liées au projet Côté Gold et à la mine Rosebel (524,1 millions $) au cours de l’exercice précédent, aux produits d’intérêts et gains sur instruments dérivés et autres placements moindres (22,7 millions $), aux pertes de change plus élevées (20,9 millions $) et au profit brut moindre (16,0 millions $), qui ont été en partie contrebalancés par des impôts sur les résultats inférieurs (59,6 millions $). La perte nette attribuable aux porteurs de capitaux propres au quatrième trimestre de 2018 s’élevait à 34,8 millions $ (0,07 $ par action), soit une hausse de 17,1 millions $ (0,03 $ par action) par rapport à la même période de l’exercice précédent. L’augmentation provenait principalement d’un profit brut moindre (17,1 millions $), des coûts de financement accrus (3,9 millions $), des coûts de prospection supérieurs (2,6 millions $), des pertes de change plus importantes (2,6 millions $) et autres charges supérieures (2,2 millions $), qui ont été en partie contrebalancés par des impôts sur les résultats moins élevés (12,0 millions $).
  • Le profit net rajusté attribuable aux porteurs de capitaux propres2 en 2018 se chiffrait à 29,8 millions $ (0,06 $ par action2), soit une hausse de 0,5 million $ comparativement à l’exercice précédent. La perte nette rajustée attribuable aux porteurs de capitaux propres2 au quatrième trimestre de 2018 s’élevait à 16,1 millions $ (0,03 $ par action2), soit une hausse de 2,3 millions $ par rapport à la même période de l’exercice précédent.
  • La trésorerie nette provenant des activités d’exploitation en 2018 s’élevait à 191,1 millions $, soit une baisse de 104,2 millions $ par rapport à l’exercice précédent. Cette baisse était principalement attribuable aux fluctuations des éléments hors trésorerie du fonds de roulement et des empilements de minerai non courants (98,6 millions $) et aux profits moindres après les ajustements hors trésorerie (26,3 millions $), qui ont été en partie contrebalancés par des impôts sur les résultats payés moindres (11,1 millions $) et un règlement net supérieur d’instruments dérivés (9,5 millions $). Les variations des éléments hors trésorerie du fonds de roulement et des empilements de minerai non courants (98,6 millions $) étaient principalement attribuables aux stocks accrus de fournitures minières (45,5 millions $), aux comptes fournisseurs et autres créditeurs plus élevés au cours de l’exercice précédent (22,0 millions $), au stockage plus élevés dans les empilements de minerai à basse teneur, (17,6 millions $) et à la taxe sur la valeur ajoutée à recevoir à Essakane (9,5 millions $). L’augmentation des stocks de fournitures minières résultait des mesures d’optimisation des niveaux des stocks et des mesures d’amélioration de la disponibilité de l’équipement et de réduction des coûts d’entretien, y compris une décision stratégique de réusiner les pièces en interne au lieu d’externaliser cette tâche. La concrétisation de ces initiatives et les avantages qui en découleront n’en sont qu’à leurs débuts. Les empilements de minerai étaient plus élevés en raison des augmentations prévues de la production de minerai à Rosebel et à Essakane, et du stockage dans des empilements de minerai de la lixiviation en tas à Essakane. La trésorerie nette provenant des activités d’exploitation au quatrième trimestre de 2018 s’élevait à 23,1 millions $, soit une baisse de 42,1 millions $ par rapport à la même période de l’exercice précédent.
  • La trésorerie nette provenant des activités d’exploitation avant les variations du fonds de roulement2 en 2018 s’élevait à 288,4 millions $ en 2018, soit une baisse de 5,6 millions $ par rapport à l’exercice précédent. La trésorerie nette provenant des activités d’exploitation avant les variations du fonds de roulement3 au quatrième trimestre de 2018 s’élevait à 55,7 millions $, soit une baisse de 12,5 millions $ par rapport à la même période de l’exercice précédent.

Situation financière

  • La Société a clos l’exercice en bonne position financière, comprenant une trésorerie, des équivalents de trésorerie, des placements à court terme effectués principalement dans des instruments du marché monétaire et une trésorerie affectée totalisant 758,0 millions $ au 31 décembre 2018. La variation à la baisse de 57,8 millions $ par rapport à la fin de l’exercice de 2017 provenait principalement des coûts en immobilisations corporelles (257,2 millions $), des actifs de prospection et d’évaluation, y compris les actifs de prospection et d’évaluation de l’acquisition de Saramacca (50,7 millions $), et de l’intérêt payé (28,4 millions $), qui ont été en partie contrebalancés par la trésorerie provenant des activités d’exploitation (191,1 millions $) et les produits reçus de Sumitomo Metal Mining Co., Ltd aux termes de la vente de la participation de 30 % dans le projet Côté Gold au deuxième trimestre de 2017 (95,0 millions $).
  • Le fonds de roulement au 31 décembre 2018 se chiffrait à 859,7 millions $, soit un déclin de 70,2 millions $ comparativement à celui au 31 décembre 2017. Ce déclin provenait de la baisse des actifs courants (74,1 millions $), en partie contrebalancée par la diminution des passifs courants (3,9 millions $).

Production et coûts

  • La production aurifère attribuable, y compris les activités des coentreprises, s’élevait à 882 000 onces en 2018, soit une quantité correspondante à celle de l’exercice précédent, la production record à Essakane (16 000 onces) et le développement continu à Westwood (4 000 onces) ayant été en partie contrebalancés par une production moindre à Rosebel (15 000 onces) et aux coentreprises (5 000 onces). La production aurifère attribuable, y compris les activités des coentreprises, se chiffrait à 231 000 onces au quatrième trimestre de 2018, soit une hausse de 3 000 onces par rapport à la même période de l’exercice précédent. Cette hausse provenait principalement des teneurs supérieures à l’usine moins un débit inférieur à Rosebel (6 000 onces) et à Essakane (1 000 onces), qui ont été en partie contrebalancés par des teneurs à l’usine plus basses aux coentreprises (3 000 onces) et à Westwood (1 000 onces).
  • En 2018, les ventes d’or attribuables, comprenant les exploitations en coentreprises, s’élevaient à 872 000 onces, soit une hausse de 1 000 onces par rapport à l’exercice précédent. Cette hausse était attribuable aux ventes supérieures à Essakane (9 000 onces), qui ont été en partie contrebalancées par des ventes moindres aux coentreprises (5 000 onces), à Rosebel (2 000 onces) et à Westwood (1 000 onces). Les ventes d’or attribuables, y compris les activités des coentreprises, se chiffraient à 220 000 onces au quatrième trimestre de 2018, soit une baisse de 10 000 onces par rapport à la même période de l’exercice précédent. Cette baisse provenait des ventes inférieures à Westwood (10 000 onces), à Essakane (9 000 onces) et aux coentreprises (4 000 onces), qui ont été en partie contrebalancées par des ventes supérieures à Rosebel (13 000 onces).
  • Le coût des ventes1 par once au quatrième trimestre et pour l’exercice de 2018 s’élevait à 843 $ et 815 $, soit une hausse respective de 5 % et de 4 % par rapport aux mêmes périodes de l’exercice précédent. Ces hausses résultaient principalement des coûts d’énergie supérieurs et des pressions inflationnistes normales.
  • Le total des coûts décaissés2 par once produite au quatrième trimestre de 2018 et pour l’exercice de 2018 s’élevaient à 797 $ et 793 $, soit respectivement 6 % et 5 % de plus qu’aux mêmes périodes de l’exercice précédent en raison des facteurs mentionnés ci-dessus. Le total des coûts décaissés2 au quatrième trimestre et celui de l’exercice de 2018 incluaient respectivement des gains réalisés sur instruments dérivés liés aux programmes de couverture de 6 $ et de 11 $ par once produite (7 $ et 3 $ par once en 2017).
  • Les coûts de maintien tout inclus2 par once vendue au quatrième trimestre de 2018 et pour l’exercice de 2018 s’élevaient à 1 123 $ et 1 057 $, soit 5 % de plus qu’aux mêmes périodes de l’exercice précédent. Ces hausses étaient principalement attribuables au coût des ventes par once1 et aux coûts en immobilisations de maintien plus élevés. Les coûts de maintien tout inclus2 du quatrième trimestre et pour l’exercice de 2018 incluaient respectivement des gains réalisés sur instruments dérivés liés aux programmes de couverture de 6 $ et de 12 $ par once vendue (9 $ et 4 $ en 2017).

L’engagement à l’égard de Zéro Incident se poursuit

  • Le taux JART3, qui exprime la fréquence de tous les types de blessures graves dans l’ensemble de tous les sites et fonctions d’IAMGOLD en 2018, se situait à 0,66, donc au-dessus du taux cible de 0,50. Zéro Incident demeure la priorité numéro un pour IAMGOLD, qui met en place un nouveau programme de santé-sécurité comportemental pour assurer un milieu de travail plus sécuritaire.

Prévisions 2019

(Se reporter au communiqué de presse du 16 janvier 2019)

Production aurifère attribuable : 810 000 à 870 000 onces
 Coûts :
 Coût des ventes1 par once 790 $ à 840 $
Total des coûts décaissés2 par once produite 765 $ à 815 $
Coûts de maintien tout inclus2 par once vendue 1 030 $ à 1 080 $

 

En 2019, Rosebel aura une production à la hausse se situant entre 315 000 et 330 000 onces grâce à de meilleures teneurs à l’usine, à l’inclusion du minerai provenant de Saramacca dans l’alimentation de l’usine au second semestre de l’exercice et à une meilleure récupération. La production d’Essakane se stabilisera entre 375 000 et 390 000 onces, après deux années de production record, en raison d’une moins grande disponibilité des zones à fortes teneurs en partie contrebalancée par une meilleure récupération grâce à la mise en service du nouveau module de génération d’oxygène. Les prévisions de production de Westwood se situent entre 100 000 et 120 000 onces pour l’exercice puisque l’exploitation minière et les activités de développement se poursuivent. En raison de l’épuisement des empilements de minerai oxydé de Sadiola prévu d’ici le milieu de 2019, la production devrait diminuer à entre 20 000 et 30 000 onces.

Coûts en immobilisations : 355 millions $, ±5 %

 

L’augmentation des coûts reflète la progression des projets de croissance de la Société, comme décrit dans la section des coûts en immobilisations autres que le maintien ci-dessous. En plus des 355 millions $, des coûts d’emprunt capitalisés et des paiements totaux de 10 millions $ au titre de contrats de location principaux sont prévus.

Coûts en immobilisations de maintien : 160 millions $, ±5 %

 

Les coûts en immobilisations de maintien comprennent les frais de découverture capitalisés de 40 millions $ d’Essakane et de 30 millions $ de Rosebel.

Coûts en immobilisations autres que le maintien (développement/expansion) : 195 millions $, ±5 %

 

Les coûts en immobilisations autres que le maintien de 75 millions $ de Rosebel seront affectés à la mise en valeur de Saramacca, dont le commencement de la production est prévu au second semestre de 2019. Les coûts en immobilisations autres que le maintien de 50 millions $ d’Essakane visent essentiellement la géomembrane du parc à résidus, les digues et l’épaississeur de résidus ainsi que la mise à niveau planifiée de l’usine. Les coûts en immobilisations autres que le maintien de 30 millions $ de Westwood visent principalement l’expansion et le développement.

Prévisions de coûts en immobilisations du projet Côté Gold : Les prévisions des coûts en immobilisation autres que le maintien comprennent une somme estimée à 34 millions $ pour le premier semestre de 2019, sur une base attribuable de 70 %, en vue d’atténuer davantage les risques liés au projet en faisant progresser la conception des études techniques détaillées, les démarches d’obtention de permis et le forage de définition au diamant. La Société fournira des prévisions au sujet des coûts en immobilisations autres que le maintien concernant le projet dans le courant de l’année.

Amortissement :

La charge d’amortissement en 2019 devrait se situer entre 260 millions $ et 270 millions $.

Impôts sur les résultats :

La Société s’attend à payer en trésorerie des impôts se situant entre 45 millions $ et 60 millions $ en 2019. De plus, des redressements des actifs et des passifs d’impôts différés pourraient être comptabilisés au cours de l’exercice.

PRODUCTION D’OR ATTRIBUABLE ET COÛTS

Production
aurifère
(milliers d’onces)
Coût des
ventes 1
($ par once)
Total des coûts décaissés 2
($ par once produite)
Coûts de maintien tout inclus 2
($ par once
vendue)
Trois mois terminés le 31 décembre 2018 2017 2018 2017 2018 2017 2018 2017
Propriétaire-exploitant
Essakane (90 %)            103 102        763 $      792 $        723 $          715 $  1114 $      990 $
Rosebel (95 %)              85 79        856        766        774          700    981  1 018
Westwood (100 %)3              28 29    1 086        909    1 102          928 1 334  1 017
Propriétaire-exploitant4            216 210        843 $          802 $        792          739 1 141  1 068
Coentreprises              15 18        858          882    862  1 114
Total des exploitations            231 228        797 $          751 $  1123 $      1 071 $
Coût des ventes1 ($/once)        843 $          802 $
Coûts décaissés sans les redevances        746 $          698 $
Redevances 51
Total des coûts décaissés2        797 $          751 $
Coûts de maintien tout inclus2 1 123 $    1 071 $
Production
aurifère
(milliers d’onces)
Coût des
ventes
1
($ par once)
Total des coûts décaissés 2
($ par once
produite)
Coûts de maintien tout inclus 2
($ par once
vendue)
Exercices terminés le 31 décembre 2018 2017 2018 2017 2018 2017 2018 2017
Propriétaire-exploitant
Essakane (90 %)        405 389  762 $  785 $ 718 $ 738 $ 1 002 $    957 $
Rosebel (95 %)        287 302  857  755 831 716 1 006    931
Westwood (100 %)3        129 125  886  844 884 824 1 073    972
Propriétaire-exploitant4        821 816  815 $  783 $ 783 743 1 068 1 001
Coentreprises            61 66 914 909    921 1 023
Total des exploitations        882 882 793 $ 755 $ 1 057 $ 1 003 $
Coût des ventes1 ($/once)  815 $  783 $
Coûts décaissés sans les redevances 739 $ 703 $
Redevances  54 52
Total des coûts décaissés2 793 $ 755 $
Coûts de maintien tout inclus2 1 057 $ 1 003 $

 

1 Le coût des ventes, exception faite de l’amortissement, comme indiqué à la note 38 des états financiers annuels consolidés de la Société, est établi sur une base attribuable d’onces vendues (hormis les participations ne donnant pas le contrôle de 10 % à Essakane et de 5 % à Rosebel), n’inclut pas les coentreprises comptabilisées selon la méthode de mise en équivalence.
2 Il s’agit d’une mesure hors PCGR. Se reporter à la section des mesures de rendement hors PCGR du rapport de gestion. Comprend Essakane, Rosebel, Westwood et les coentreprises en fonction de la proportion attribuable.
3 Il n’y a pas eu de normalisation du coût des ventes par once à Westwood au quatrième trimestre et au cours de l’exercice terminés le 31 décembre 2018 (qui correspondaient respectivement à néant et à 6 $ l’once pour les trois et six mois de 2017). La normalisation a cessé au début du deuxième trimestre de 2017.
4 Les coûts de maintien tout inclus du propriétaire-exploitant comprennent les frais généraux et administratifs. Se reporter au rapprochement des coûts de maintien tout inclus à la page 33 du rapport de gestion.

ANALYSE DES ACTIVITÉS DE CHAQUE SITE MINIER

Mine Essakane – Burkina Faso (participation d’IAMGOLD – 90 %)

Essakane a enregistré une deuxième année consécutive de production record en 2018. La production aurifère attribuable de 103 000 onces au quatrième trimestre et de 405 000 onces pour l’exercice de 2018 était respectivement supérieure de 1 % et 4 % par rapport aux mêmes périodes de l’exercice précédent grâce au minerai provenant de zones à teneurs plus fortes. L’incidence des teneurs plus fortes a été partiellement contrebalancée par un débit moindre réalisé en raison du minerai plus grossier utilisé dans l’alimentation de l’usine et d’une moins grande disponibilité de l’usine en raison de l’entretien effectué au circuit de concassage et de broyage.

La production minière au quatrième trimestre et pour l’exercice de 2018 s’est accrue comparativement aux mêmes périodes de l’exercice précédent grâce à une meilleure disponibilité de l’équipement combinée à l’utilisation d’entrepreneurs afin d’atteindre les cibles de production. Essakane a mis en place un nouveau programme interne d’entretien de l’équipement visant à accroître la disponibilité de l’équipement, à augmenter les volumes d’extraction minière et à diminuer les coûts d’entretien. Essakane a aussi fait l’acquisition d’équipement minier supplémentaire en vue d’augmenter davantage la production minière et de réduire le recours aux entrepreneurs miniers et ainsi de diminuer les coûts d’exploitation. Une quantité supérieure de minerai a été extraite au quatrième trimestre et au cours de l’exercice de 2018, comparativement à celle extraite aux mêmes périodes précédentes en raison de l’extraction continue effectuée dans des zones de minerai et des empilements de lixiviation en tas à plus basses teneurs.

Le coût des ventes de 763 $ par once au quatrième trimestre de 2018 et de 762 $ pour l’exercice était respectivement en baisse de 4 % et de 3 % par rapport à celui des mêmes périodes de l’exercice précédent principalement en raison des frais de découverture capitalisés supérieurs. Au quatrième trimestre de 2018, les pressions haussières sur les coûts à Essakane se sont poursuivies en raison de la montée des coûts énergétiques, qui ont été en partie atténuées par l’énergie fournie par la centrale solaire et le programme de couverture de la Société. Les coûts d’exploitation plus élevés étaient provoqués par l’utilisation d’entrepreneurs et l’augmentation de l’entretien planifié. Le recours aux entrepreneurs devrait diminuer au cours des prochaines périodes, car Essakane recevra du nouvel équipement minier en 2019. De même, les coûts d’entretien devraient baisser progressivement en raison du passage à l’entretien effectué en interne en vue d’augmenter la disponibilité de l’équipement. Malgré les pressions haussières sur les coûts, le coût des ventes par once vendue en 2018 d’un exercice par rapport à l’autre a diminué, principalement en raison des frais de couverture capitalisés et d’un volume des ventes accru. De plus, l’affaiblissement du dollar américain relativement à l’euro a contribué à faire augmenter les coûts au cours de l’exercice.

Le total des coûts décaissés de 723 $ par once produite au quatrième trimestre de 2018 et de 718 $ pour l’exercice était respectivement supérieur de 1 % et inférieur de 3 % par rapport à ceux des mêmes périodes de l’exercice précédent. Au quatrième trimestre de 2018, IAMGOLD a subi des pressions haussières sur les coûts, comme l’augmentation des coûts énergétiques, des coûts d’entrepreneurs et des coûts d’entretien, mais a bénéficié d’une production d’or et des frais de découverture capitalisés supérieurs. D’un exercice par rapport à l’autre, le total des coûts décaissés était moindre essentiellement en raison de l’augmentation des frais de découverture capitalisés et des volumes de production. Les avantages tirés ont été en partie contrebalancés par les pressions haussières sur les coûts indiquées ci-dessus et l’affaiblissement du dollar américain relativement à l’euro. Le total des coûts décaissés par once produite au quatrième trimestre et celui de l’exercice de 2018 comprenaient l’incidence des gains réalisés sur dérivés liés aux programmes de couverture totalisant respectivement 9 $ et 17 $ par once produite (12 $ et de 5 $ en 2017).

Les coûts de maintien tout inclus par once vendue s’élevaient à 1 114 $ au quatrième trimestre et à 1 002 $ pour l’exercice de 2018, lesquelles hausses correspondent respectivement à 13 % et à 5 % par rapport aux mêmes périodes de l’exercice précédent. Les hausses étaient essentiellement attribuables aux coûts en immobilisations de maintien supérieurs partiellement contrebalancés par le coût des ventes par once moins élevé. Le total des coûts décaissés et les coûts de maintien tout inclus au quatrième trimestre et pour l’exercice de 2018 comprenaient respectivement l’incidence des gains réalisés sur dérivés liés aux programmes de couverture de 10 $ et de 19 $ par once vendue (14 $ et 6 $ en 2017).

Perspectives

IAMGOLD s’attend à une production d’or attribuable à Essakane se situant entre 375 000 et 390 000 onces en 2019. Essakane continuera à optimiser la production, à baisser les coûts unitaires et à augmenter l’efficacité d’extraction et d’usinage afin de traiter une plus forte proportion de roche dure dans l’alimentation de l’usine au moyen de multiples initiatives d’optimisation.

Essakane vise une meilleure disponibilité de la flotte grâce à une mesure d’entretien conçue pour soutenir l’accroissement des volumes d’extraction jumelée à une diminution de l’ensemble des coûts d’entretien. Essakane poursuit l’exécution d’un plan de mise à niveau de l’usine comportant une série d’améliorations conçues pour accroître la capacité d’usinage en augmentant le débit du concasseur et en optimisant la configuration du blindage. Grâce à la mise en service du module de génération d’oxygène, Essakane devrait améliorer la récupération par une meilleure extraction de l’or et une diminution de la consommation de cyanure tout en réduisant les effets négatifs constatés pendant le traitement de minerai graphitique.

Ces initiatives visent l’atteinte des cibles de production et de coûts en 2019 et positionnent Essakane pour réaliser son potentiel de croissance en augmentant la production et en cherchant des ressources additionnelles aux gisements satellites qui présentent une possibilité de prolonger la DVM. Une étude de faisabilité devrait être terminée au deuxième trimestre de 2019 établissant les possibilités d’optimiser davantage le circuit CEL en plus de dresser le potentiel de la lixiviation en tas à Essakane.

En 2019, la Société a affecté du capital à un projet de désengorgement de l’usine pour augmenter la production du CEL à 13,5 millions de tonnes par année selon une proportion de 100 % de roche dure, soit une proportion considérablement plus élevée que la capacité actuelle de 12 millions de tonnes par année selon une proportion de 100 % de roche dure. La capacité nominale de l’usine à l’origine se chiffrait à 10,8 millions de tonnes par année selon une proportion de 100 % de roche dure.

En 2019, la prospection régionale devrait se poursuivre aux cibles prometteuses dans le but d’augmenter les ressources de roche tendre se trouvant à proximité afin d’améliorer l’alimentation à l’usine.

Mine Rosebel – Suriname (participation d’IAMGOLD – 95 %)

La production aurifère attribuable se chiffrait à 85 000 onces au quatrième trimestre de 2018 et à 287 000 onces pour l’exercice complet, ce qui représente respectivement une hausse de 8 % et une baisse de 5 % comparativement à la production aux mêmes périodes de l’exercice précédent. La variation pour le trimestre s’expliquait principalement par des teneurs à l’usine et une récupération supérieures, qui ont été en partie contrebalancées par un débit moindre. Les teneurs pour le trimestre ont augmenté comparativement à celles des trimestres précédents de l’exercice en raison de la séquence d’exploitation dans des zones comportant des teneurs plus élevées, conformément au plan minier. Le débit a diminué en raison de l’augmentation de la proportion de roche dure et de roche de transition à 85 % du minerai alimentant l’usine comparativement à 64 % à la même période de l’exercice précédent. Un débrayage illégal de deux jours a aussi eu une légère incidence sur le débit. D’un exercice par rapport à l’autre, la production aurifère attribuable a diminué principalement en raison d’un débit moindre attribuable à l’entretien planifié accru.

Le coût des ventes de 856 $ par once au quatrième trimestre et de 857 $ pour l’exercice de 2018 était respectivement en hausse de 12 % et de 14 % par rapport à ceux des mêmes périodes de l’exercice précédent. Rosebel a connu des hausses des coûts énergétiques et des coûts d’entretien préventif, ainsi que des augmentations des coûts de main-d’œuvre à la suite du règlement de la convention collective au troisième trimestre de 2018. De plus, Rosebel a enregistré une diminution de ses frais de découverture capitalisés et a tiré profit d’une hausse du volume des ventes au quatrième trimestre de 2018.

Le total des coûts décaissés par once produite s’élevait à 774 $ au quatrième trimestre et à 831 $ pour l’exercice de 2018, lesquelles hausses correspondent respectivement à 11 % et à 16 % comparativement aux mêmes périodes de l’exercice précédent, en raison des pressions haussières sur les coûts mentionnées plus haut. Le total des coûts décaissés au quatrième trimestre et pour l’exercice de 2018 comprenait l’incidence des gains réalisés sur dérivés liés aux programmes de couverture totalisant respectivement 4 $ et 8 $ par once produite (néant et néant en 2017).

Les coûts de maintien tout inclus par once vendue se chiffraient à 981 $ au quatrième trimestre et à 1 006 $ pour l’exercice de 2018. Pour le trimestre, les coûts ont diminué de 4 % comparativement à ceux à la même période de l’exercice précédent, principalement en raison des coûts en immobilisations de maintien moins élevés, qui ont été en partie contrebalancés par un coût des ventes supérieur par once. D’un exercice par rapport à l’autre, les coûts ont connu une hausse de 8 % qui s’expliquait principalement par un coût des ventes par once et des coûts en immobilisations de maintien plus élevés. Les coûts de maintien tout inclus au quatrième trimestre et pour l’exercice de 2018 comprenaient respectivement l’incidence des gains réalisés sur dérivés liés aux programmes de couverture de 4 $ et de 8 $ par once vendue (néant et néant en 2017).

Perspectives

La Société s’attend à une production d’or attribuable à Rosebel se situant entre 315 000 et 330 000 onces en 2019. Rosebel continuera d’entreprendre des agrandissements stratégiques des fosses dans la concession Rosebel pour découvrir des zones de minerai à plus fortes teneurs tout en continuant les améliorations à l’usine en vue d’accroître la récupération, dont l’ajout d’un procédé de charbon en colonne au parc à résidus et des révisions du blindage du broyeur SAG. Bien que le débit de l’usine de 2019 devrait être comparable à celui de 2018, les teneurs à l’usine devraient s’améliorer grâce à l’acheminement du minerai provenant du gisement Saramacca, qui débutera au second semestre de l’exercice.

La construction de la portion principale du chemin de halage de 18 kilomètres reliant le gisement Saramacca à l’usine de Rosebel se poursuivra jusqu’à son achèvement prévu vers le milieu de 2019.

La construction de l’infrastructure devrait commencer au deuxième trimestre de 2019. Rosebel mène également une étude préliminaire visant à évaluer le potentiel d’exploitation minière souterraine de Saramacca, qui pourrait réduire de façon importante le volume de stériles et par conséquent réduire les coûts. L’extraction de la saprolite au cours des premières années devrait se poursuivre comme prévu, et l’extraction souterraine devrait être possible lorsque la roche dure sera atteinte.

En 2019, Rosebel mène une étude sur l’amélioration de la conception de l’usine portant sur le fonctionnement d’un broyeur SAG en circuit ouvert jumelé à un concasseur à galets secondaire pour améliorer le débit de traitement de la roche dure et augmenter la production.

Mine Westwood – Canada (participation d’IAMGOLD – 100 %)

La production aurifère attribuable de 28 000 onces au quatrième trimestre de 2018 était inférieure de 3 % à celle de la même période de l’exercice précédent principalement en raison des teneurs à l’usine plus basses. La production aurifère en 2018 s’élevait à 129 000 onces, soit une hausse de 3 % par rapport à l’exercice précédent, surtout en raison d’un débit supérieur, et a été en partie contrebalancée par des teneurs à l’usine plus basses. Les teneurs moindres découlaient de la séquence d’activités minières dans des chantiers à plus basses teneurs, conformément au plan minier. Les teneurs à l’usine, excluant le minerai marginal, du quatrième trimestre et ceux de l’exercice de 2018 s’élevaient respectivement à 6,78 g Au/t et à 7,16 g Au/t (8,01 g Au/t et 7,80 g Au/t en 2017). La mine poursuit sa stratégie d’utiliser la capacité d’usinage excédentaire en traitant des lots de minerai de sites miniers voisins.

Le développement souterrain pour l’exercice de 2018 se chiffrait à 10 600 mètres, donnant une moyenne de 29 mètres par jour, et comprenait 10 100 mètres de développement latéral et 500 mètres de développement vertical. Au cours du quatrième trimestre de 2018, le développement souterrain s’est poursuivi en vue d’accéder à de nouveaux secteurs d’extraction grâce aux quelque 2 500 mètres de développement latéral réalisés, donnant une moyenne de 27 mètres par jour. Au cours du trimestre, le développement portait toujours sur l’aménagement de la rampe au niveau 132 dans le respect des protocoles de sécurité établis dans les secteurs susceptibles à la sismicité. Conformément aux protocoles, au cours du trimestre, la mine a reçu trois appareils de boulonnage conçus pour gérer le risque sismique. Le développement de l’infrastructure s’est poursuivi dans les prochains blocs à des niveaux inférieurs.

Le coût des ventes par once vendue de 1 086 $ et le total des coûts décaissés par once produite de 1 102 $ au quatrième trimestre de 2018 ont tous les deux augmenté de 19 %, comparativement à ceux de la même période de l’exercice précédent, principalement en raison des ventes et des volumes de production inférieurs, ainsi que des coûts de production minière et des coûts de main-d’œuvre supérieurs à la suite du règlement de la convention collective au troisième trimestre de 2018, et ont été en partie contrebalancés par le dollar américain plus fort par rapport au dollar canadien.

Le coût des ventes par once vendue de 886 $ et le total des coûts décaissés par once produite de 884 $ pour 2018 étaient respectivement supérieurs de 5 % et de 7 %, principalement en raison des hausses de coûts de production minière et des coûts de main-d’œuvre à la suite de règlement de la convention collective au troisième trimestre de 2018. Le total des coûts décaissés par once produite du quatrième trimestre et celui de l’exercice de 2018 comprenaient respectivement l’incidence des gains réalisés sur dérivés liés aux programmes de couverture de néant et de 4 $ par once produite (12 $ et 7 $ en 2017).

Les coûts de maintien tout inclus par once vendue de 1 334 $ au quatrième trimestre et de 1 073 $ pour l’exercice de 2018 ont respectivement augmenté de 31 % et de 10 % par rapport aux mêmes périodes de l’exercice précédent, principalement en raison du coût des ventes par once et des coûts en immobilisations de maintien accrus. Les coûts de maintien tout inclus au quatrième trimestre et ceux de l’exercice de 2018 comprenaient respectivement l’incidence des gains et des pertes réalisés sur instruments dérivés des programmes de couverture représentant une perte de 1 $ et un gain de 5 $ par once vendue (gain de 17 $ et 12 $ en 2017).

Perspectives

La Société s’attend à une production à Westwood se situant entre 100 000 et 120 000 onces en 2019 et à la continuation de l’avancement des activités d’extraction et de développement. Dans le cadre du maintien des protocoles de sécurité, Westwood prévoit mettre en service de l’équipement supplémentaire capable de fonctionner à distance dans les secteurs présentant des conditions de terrain difficiles. La production devrait provenir essentiellement de deux des six blocs miniers prévus, et celle issue du bloc trois, qui est plus profond dans la mine, devrait commencer vers le milieu de l’exercice.

En mettant l’accent sur l’avancement des activités de développement aux blocs de production et d’expansion, la Société devrait réaliser ses cibles de production et de coûts en 2019 et être en mesure d’établir des prévisions à l’égard de l’atteinte de pleine production.

Mine Sadiola – Mali (participation d’IAMGOLD – 41 %)

La production d’or attribuable de 14 000 onces au quatrième trimestre et de 59 000 onces pour l’exercice de 2018 a diminué respectivement de 22 % et de 6 %, comparativement à celle des mêmes périodes de l’exercice précédent essentiellement à cause des teneurs inférieures à l’usine dues au plus grand soutirage à partir des empilements de minerai marginal. Le total des coûts décaissés par once produite de 866 $ au quatrième trimestre de 2018 était inférieur à celui à la même période de l’exercice précédent en raison des coûts d’exploitation minière moins élevés et du soutirage plus important dans les empilements marginaux attribuables à l’arrêt des activités d’extraction au deuxième trimestre de 2018. Le total des coûts décaissés par once produite de 925 $ pour l’exercice de 2018 était supérieur à celui de l’exercice précédent en raison d’une production d’or moindre. Les coûts de maintien tout inclus par once vendue de 871 $ au quatrième trimestre et de 930 $ pour l’exercice de 2018 étaient inférieurs à ceux des mêmes périodes de l’exercice précédent, principalement en raison d’une baisse des coûts en immobilisations de maintien.

Les activités minières ont cessé au cours du deuxième trimestre de 2018, et le traitement des empilements de minerai s’est poursuivi du deuxième au quatrième trimestre.

Une entente doit être conclue avec le gouvernement du Mali concernant les modalités de l’investissement au projet des sulfures de Sadiola pour que l’exploitation n’entre pas en phase d’arrêt de l’exploitation (maintien et surveillance) lorsque le traitement des empilements viendra à terme. Le traitement des empilements de minerai oxydés devrait se terminer d’ici le milieu de 2019. Puisqu’une entente n’a toujours pas été conclue, IAMGOLD et AngloGold Ashanti, qui ensemble détiennent une participation de 82 % dans Sadiola, ont entamé un processus visant à trouver des tiers possiblement intéressés à faire l’acquisition des participations conjointes des deux sociétés dans Sadiola. Le processus est au stade préliminaire, et il n’existe aucune garantie quant aux résultats.

Mali – Mine Yatéla (participation d’IAMGOLD – 40 %)

La mine Yatéla a généré une production et des ventes limitées au quatrième trimestre de 2018, qui étaient comparables à celles de la même période de l’exercice précédent. La mine a produit et vendu 2 000 onces d’or en 2018, comparativement à 3 000 onces en 2017. Une quantité limitée de production d’or provenant du rinçage des remblais de lixiviation en tas se poursuit.

Le 14 février 2019, Sadiola Exploration Limited (« SADEX »), filiale détenue conjointement par AngloGold Ashanti Limited et IAMGOLD Corporation, a conclu une convention d’achat d’actions avec le gouvernement du Mali aux termes de laquelle SADEX accepte de vendre au gouvernement du Mali sa participation de 80 % dans la Société d’Exploitation des Mines d’Or de Yatéla (« Yatéla »), en contrepartie de 1 $. Cette opération demeure soumise à diverses conditions préalables, notamment l’adoption de deux lois, la confirmation de la conversion de Yatéla en entité étatique et la création d’un organisme étatique qui assumerait la responsabilité de la réhabilitation et de la fermeture de la mine. Dans le cadre de cette opération et au moment de sa mise en œuvre, SADEX paiera un montant forfaitaire à cet organisme étatique qui correspond aux coûts estimés de la réhabilitation et de la fermeture de la mine Yatéla et du financement de certains programmes sociaux. Lorsque cette opération sera réalisée et que le paiement sera effectué, SADEX et les membres de son groupe seront dégagés de toute obligation se rapportant à la mine Yatéla, y compris en ce qui a trait à la réhabilitation et à la fermeture de la mine et au financement de programmes sociaux.

PROJETS DE MISE EN VALEUR

Projet de coentreprise Côté Gold – Canada

Le projet Côté Gold est une coentreprise détenue à 70 % par l’exploitant IAMGOLD, et à 30 % par Sumitomo Metal Mining Co., Ltd (« SMM »).

Achèvement de l’étude de faisabilité

Au quatrième trimestre de 2018, la Société a annoncé les résultats de l’étude de faisabilité (« ÉF ») réalisée conjointement par IAMGOLD et Wood PLC (anciennement Amec Foster Wheeler) à partir des données provenant des études techniques effectuées par d’autres consultants spécialisés (voir le communiqué de presse du 1er novembre 2018). L’ÉF constitue une étude exhaustive de la viabilité technique et économique de l’option de mise en valeur privilégiée démontrant l’extraction rentable des réserves minérales définies. Cette étude permettra à IAMGOLD et à Sumitomo de prendre une décision à l’égard de la mise en valeur du projet. Un rapport technique à l’appui a été déposé sur SEDAR le 26 novembre 2018. La publication de l’ÉF a engendré le paiement final en trésorerie à la Société de 95 millions $ de la part de SMM aux termes de la vente de la participation de 30 % dans le projet Côté Gold conclue au deuxième trimestre de juin 2017.

L’ÉF a précisé le concept de mise en valeur décrit dans l’étude de préfaisabilité (« ÉPF ») annoncée en juin 2017 et a présenté d’importantes améliorations économiques et opérationnelles. L’ÉF comportait un plan minier de référence, étayé par 88 % du total des réserves minérales, conforme aux démarches actuelles de demandes de permis, et un plan minier prolongé étayé par le total des réserves minérales estimées. Le plan minier de référence indiquait que le projet générait un taux de rendement interne après impôt de 15,2 %, à un prix de l’or de 1 250 $ par once. La valeur actualisée nette après impôt correspondrait à 795 millions $ à un taux d’actualisation de 5 %, et comporterait une période de récupération de 4,4 ans. Le projet aurait une DVM de 16 ans et une production moyenne annuelle augmentant de 15 %, soit à 367 000 onces. L’ÉF indique également une production initiale robuste, dont la moyenne annuelle devrait s’établir à 428 000 onces au cours des douze premières années. Le total des coûts décaissés moyens sur la DVM se chiffrerait à 594 $ par once produite, et les coûts de maintien tout inclus, à 694 $ par once vendue.

Le plan minier prolongé augmenterait la valeur actualisée nette après impôt de 110 millions $ supplémentaires, soit à 905 millions $, à un taux d’actualisation de 5 %. Le taux de rendement interne après impôt s’élèverait à 15,4 % et comporterait la même période de récupération de 4,4 ans. Le projet aurait une DVM de 18 ans, et la production moyenne annuelle augmenterait à 372 000 onces (production moyenne annuelle de 407 000 onces au cours des quinze premières années). Le total des coûts décaissés moyens sur la durée de vie de la mine se chiffrerait à 606 $ par once produite, et les coûts de maintien tout inclus, à 703 $ par once vendue.

Bien que les coûts en immobilisations initiaux énoncés dans le plan minier de référence et dans le plan minier prolongé demeurent inchangés, il sera probablement nécessaire d’obtenir d’autres permis pour pouvoir surélever la hauteur de la zone des roches de mine et du parc à résidus aux termes du plan minier prolongé.

Au quatrième trimestre de 2018, la Société a reçu un accusé réception et une notification d’acceptation du plan de fermeture du projet Côté Gold soumis au ministère de l’Énergie, du Développement du Nord et des Mines de l’Ontario. Cette notification autorise le commencement des activités de construction au site.

Après la fin de l’exercice, la Société a annoncé qu’elle reportait sa décision d’aller de l’avant avec la construction du projet Côté Gold situé au Canada. Même si les risques ont été considérablement réduits, tant d’un aspect technique que financier, la Société a décidé d’attendre une conjoncture plus favorable et stable avant de prendre la décision de procéder à la construction.

En 2019, la Société compte se concentrer sur l’atténuation des risques liés au projet en faisant progresser les travaux d’ingénierie, d’obtention de permis et de forage au diamant.

Réserves et ressources (sur une base à 100 %)

Au 31 décembre 2018, le projet Côté Gold abritait (tous les chiffres indiqués sont sur une base à 100 %) des réserves minérales estimées comprenant des réserves prouvées et probables de 233,0 millions de tonnes d’une teneur de 0,97 g Au/t représentant 7,3 millions d’onces. Les ressources mesurées et indiquées (incluant les réserves) sont évaluées à 355,4 millions de tonnes d’une teneur de 0,87 g Au/t représentant 10,0 millions d’onces. Les ressources présumées sont évaluées à 112,8 millions de tonnes d’une teneur de 0,67 g Au/t représentant 2,4 millions d’onces (voir les communiqués de presse du 1ernovembre 2018 et du 19 février 2019).

Prospection régionale

Les activités de prospection régionale se sont poursuivies dans la propriété de 516 kilomètres carrés entourant le gisement Côté Gold et comptaient des forages au diamant sur plus de 5 500 mètres réalisés en 2018. En 2019, la prospection se poursuivra dans l’objectif de développer et d’évaluer les cibles de prospection qui pourraient maximiser la valeur à long terme du projet Côté Gold.

Boto – Sénégal

Au 31 décembre 2018, le projet Boto recélait des réserves minérales estimées qui comprenaient des réserves probables totalisant 35,1 millions de tonnes d’une teneur de 1,71 g Au/t représentant 1,9 million d’onces (sur une base à 100 %). En outre, les ressources indiquées (comprenant les réserves) sont estimées à 48,0 millions de tonnes d’une teneur de 1,61 g Au/t représentant 2,5 millions d’onces et les ressources présumées à 2,5 millions de tonnes d’une teneur de 1,80 g Au/t représentant 144 000 onces, sur une base à 100 % (voir le communiqué en date du 22 octobre 2018 et du 19 février 2019).

Au cours du quatrième trimestre de 2018, la Société a annoncé des résultats positifs à l’issue d’une ÉF réalisée conjointement par IAMGOLD et Lycopodium Minerals Canada Ltd., à partir des données des études techniques effectuées par d’autres consultants (voir le communiqué de presse en date du 22 octobre 2018). L’ÉF présente un solide projet économiquement viable qui, à un prix de l’or de 1 250 $ par once, générerait un taux de rendement interne après impôt de 23 %. Le projet représenterait une DVM de 12,8 ans, une production aurifère moyenne annuelle de 140 000 onces d’or comportant un total des coûts décaissés moyens sur la DVM de 714 $ par once produite et des coûts de maintien tout inclus de 753 $ par once vendue. Un rapport technique 43-101 à l’appui a été déposé sur SEDAR le 23 octobre 2018.

Au cours du quatrième trimestre de 2018, le gouvernement du Sénégal a délivré un avis d’approbation de l’ÉIES du projet Boto. L’approbation de l’ÉIES, ainsi que la réalisation de l’ÉF, a permis à la Société de présenter une demande de concession minière, actuellement à l’étude par le gouvernement du Sénégal et dont l’approbation est attendue au second semestre de 2019.

En 2019, la Société continuera de se concentrer sur l’optimisation des éléments de conception de la mise en valeur du projet Boto, l’engagement des parties prenantes, l’achèvement du forage de condamnation dans l’infrastructure du site minier proposé et l’avancement d’un programme de prospection régionale aux concessions adjacentes.

PROSPECTION

La Société a effectué activement de la prospection à des projets à proximité des mines existantes et à des projets primaires situés dans neuf pays d’Afrique de l’Ouest, de l’Amérique du Nord et de l’Amérique du Sud.

En 2018, les coûts de prospection et d’études de projets totalisaient 80,5 millions $ (39,2 millions $ imputés aux dépenses et 41,3 millions $ capitalisés), comparativement à 68,0 millions $ en 2017. Selon la méthode comptable adoptée par la Société, les coûts de prospection sont imputés à la dépense et les coûts d’évaluation de la faisabilité technique et la viabilité commerciale d’extraction des ressources minérales, y compris celles se trouvant à même ou à côté des sites miniers existants, sont capitalisés. La hausse des coûts totaux de la prospection et des projets montre des investissements soutenus dans la prospection et la progression constante des principales études de projets. Les activités de forage aux projets actifs et aux sites miniers totalisaient environ 343 000 mètres au cours de l’exercice, légèrement supérieurs aux prévisions des programmes de 2018.

Trois mois terminés Exercices terminés
     le 31 décembre    le 31 décembre
(en millions $) 2018 2017 2018 2017
Projets de prospection primaire1        7,3 $ 7,0 $        31,0 $    25,4 $
Projets de prospection à proximité des mines2        7,2 9,5    25,8    31,1
   14,5 16,5    56,8    56,5
Études de faisabilité et autres études        7,2 5,3    23,7    11,5
   21,7 $ 21,8 $    80,5 $        68,0 $

 

1 Les projets de prospection primaire comprenaient les coûts liés à l’acquisition d’une participation de 51 % dans le projet Nelligan de Vanstar Mining Resources Inc., pour la somme de 2,2 millions $ CA (1,7 million $) au premier trimestre de 2018.
2 Les projets de prospection à proximité des mines en 2018 et 2017 n’incluaient pas les coûts liés aux coentreprises respectivement de 0,2 million $ et de 1,4 million $ et comprenaient la prospection aux mines existantes et le développement des ressources respectivement de 12,6 millions $ et de 10,6 millions $.

PROJETS DE PROSPECTION À PROXIMITÉ DES MINES

Les équipes de prospection minière et régionale de la Société ont poursuivi leurs travaux de prospection et de mise en valeur systématiques des ressources près des mines en 2018 aux exploitations d’Essakane, de Rosebel et de Westwood.

Essakane, Burkina Faso

Au 31 décembre 2018, la Société a annoncé des réserves prouvées et probables attribuables totales estimées d’Essakane, comprenant les réserves provenant de la lixiviation en tas de 133,9 millions de tonnes d’une teneur de 3,9 millions d’onces. Les ressources attribuables totales, qui comportent les ressources mesurées et indiquées (incluant les réserves), se chiffraient à 155,7 millions de tonnes d’une teneur de 1,0 g Au/t représentant 4,8 millions d’onces, et comprenaient des ressources présumées de 12,4 millions de tonnes d’une teneur de 1,1 g Au/t représentant 423 000 millions d’onces (voir le communiqué en date du 19 février 2019).

En 2018, environ 55 900 mètres de forage en circulation inverse et au diamant ont été effectués sur le bail minier et les concessions de prospection environnantes. Le forage ciblait la définition et la conversion de ressources de la zone principale d’Essakane pour étayer l’ÉF en cours, le forage de définition au gisement Falagountou Ouest visait l’amélioration des modèles de ressources et la continuation de l’appréciation d’une stratégie de haldes à stérile à même la fosse Falagountou Ouest, et le forage ciblait la délimitation du gisement satellite Gossey, situé à environ 15 kilomètres au nord-ouest de l’exploitation Essakane.

Au cours du quatrième trimestre de 2018, la Société a annoncé une première estimation des ressources pour le gisement satellite Gossey, comportant 10,5 millions de tonnes de ressources indiquées d’une teneur de 0,87 g Au/t représentant 291 000 onces et 2,9 millions de tonnes de ressources présumées d’une teneur de 0,91 g Au/t représentant 85 000 onces (voir le communiqué de presse du 12 décembre 2018). Plus de 70 % des ressources délimitées sont contenues dans une minéralisation encaissée dans la latérite et la saprolite molles et peu profondes. Le rapport technique préparé à l’appui conforme à la Norme canadienne 43-101 a été déposé sur SEDAR le 21 janvier 2019.

En 2019, environ 24 000 mètres de forage au diamant et en circulation inverse sont prévus pour étayer l’ÉF en cours, cibler l’élargissement des ressources et continuer d’explorer des cibles de prospection prioritaires sur le bail minier et les concessions avoisinantes.

Rosebel, Suriname

Au 31 décembre 2018, la Société a déclaré des réserves prouvées et probables attribuables estimées à Rosebel, y compris le gisement Saramacca, comportant 141,5 millions de tonnes d’une teneur de 1,0 g Au/t représentant 4,6 millions d’onces. Les ressources mesurées et indiquées attribuables totales (comprenant les réserves) ont augmenté à 296,4 millions de tonnes d’une teneur de 0,9 g Au/t représentant 9,1 millions d’onces et les ressources présumées attribuables totalisaient 69,4 millions de tonnes d’une teneur de 0,9 g Au/t représentant 1,9 million d’onces (voir le communiqué du 19 février 2019).

Les programmes de prospection régionaux et à proximité des mines visent toujours à évaluer le potentiel d’élargissement des ressources et des cibles d’exploration aux alentours des activités d’exploitation. En 2018, environ 56 000 mètres de forage en circulation inverse et au diamant a été réalisé, y compris environ 42 500 mètres sur la propriété Saramacca et environ 13 500 mètres sur les propriétés adjacentes Brokolonko et Sarafina.

Rosebel a aussi poursuivi la consolidation d’un nouveau district aurifère par l’acquisition des droits d’exploration à Brokolonko et Sarafina.

En 2018, la Société a déclaré des réserves minérales du projet Saramacca qui ont pu être intégrées dans le plan minier de Rosebel (voir le communiqué de presse en date du 23 septembre 2018). Le rapport technique préparé à l’appui conforme à la Norme canadienne 43-101 a été déposé sur SEDAR le 5 novembre 2018.

Au cours du quatrième trimestre de 2018, la Société a aussi annoncé les résultats du forage d’exploration effectué le long du corridor Saramacca-Brokolonko (voir le communiqué de presse en date du 8 novembre 2018). La minéralisation représentant potentiellement une nouvelle zone a été recoupée par des forages espacés à environ 400 mètres au nord-ouest latéralement au gisement Saramacca sur une étendue longitudinale d’au moins 1 200 mètres au nord-ouest sur la concession adjacente Sarafina-Moeroekreek. Les principaux résultats comprenaient : 7,5 mètres d’une teneur de 4,58 g Au/t et 10,5 mètres d’une teneur de 1,73 g Au/t. À la concession Brokolonko, le forage a confirmé la présence d’une minéralisation dans le substrat rocheux associé à une large anomalie géochimique ayant fait l’objet de forage historique par tarière et à une exploitation artisanale répandue.

En 2019, des forages au diamant et en circulation inverse sur environ 45 000 mètres sont prévus en vue d’étendre les ressources et de tester les cibles d’exploration prioritaires à la concession Rosebel et le long du corridor Saramacca-Brokolonko.

Westwood, Canada

Environ 20 000 mètres de forage en circulation visant la mise en valeur de ressources et 1 700 mètres de trous de service ont été réalisés au cours du trimestre pour un total d’environ 109 000 mètres pour l’exercice. Les activités de développement ont continué à progresser, y compris le programme de forage au diamant visant du forage de définition aux zones connues dans le but de convertir et d’améliorer la définition des ressources dans les secteurs d’extraction. Une campagne de forage au diamant considérable est prévue comportant 65 000 mètres est prévue en 2019.

PROJETS DE PROSPECTION PRIMAIRE

Outre les programmes de prospection dans les sites miniers et à proximité des mines détaillés ci-dessus, la Société a activement mené un certain nombre de projets de prospection primaire et de programme de forage allant du stade initial au stade avancé au cours de 2018. Les principaux résultats de cette prospection comprenaient :

Projets en propriété exclusive

Diakha-Siribaya – Mali

En 2018, la Société a réalisé environ 14 600 mètres de forage de délimitation au gisement Diakha en vue d’étayer la mise à jour d’une estimation des ressources minérales au projet Diakha-Siribaya au Mali.

Après la fin de l’exercice de 2018, la Société a annoncé une mise à jour de l’estimation des ressources minérales. Au 31 décembre 2018, le total des ressources minérales comprenait des ressources indiquées de 18,0 millions de tonnes d’une teneur de 1,3 g Au/t représentant 744 000 millions d’onces d’or et des ressources présumées de 23,2 millions de tonnes d’une teneur de 1,6 g Au/t représentant 1,2 million d’onces, sur une base à 100 % (voir le communiqué en date du 30 janvier 2019).

En 2019, un programme de forage sur un total d’environ 10 000 mètres est prévu dans le but de continuer de tester le prolongement des ressources du gisement Diakha et d’explorer les autres cibles de prospection prioritaires identifiées.

Pitangui – Brésil

Au cours de 2018, environ 17 600 mètres ont été effectués en vue d’évaluer le potentiel d’accroître les ressources du gisement São Sebastião et de tester les cibles de prospection prioritaires dans la propriété pour tenter de découvrir des zones supplémentaires de minéralisation. Les résultats seront intégrés dans une mise à jour du modèle des ressources et serviront à guider la prospection future.

Au 31 décembre 2018, les ressources minérales déclarées pour le gisement São Sebastião comprenaient des ressources présumées de 5,4 millions de tonnes d’une teneur de 4,7 g Au/t représentant 819 000 onces d’or (voir le communiqué de presse du 19 février 2019).

Un programme de forage d’exploration sur un total d’environ 12 000 mètres est prévu en 2019 pour continuer à tester les cibles de prospection restantes sur la propriété.

Projets en coentreprise

La section ci-dessous présente les grandes lignes des projets de prospection de la Société qui sont détenus en coentreprise. Les conventions sont généralement établies de sorte que la Société puisse accroître sa participation au fil du temps en appuyant la décision de le faire d’après les résultats de prospection au fur et à mesure qu’ils sont connus.

Monster Lake – Canada (convention de participation conditionnelle avec TomaGold Corporation)

Le projet Monster Lake, situé à 50 kilomètres au sud-ouest de Chibougamau, au Québec, est un projet détenu en vertu d’une convention de participation conditionnelle dans le but de former une coentreprise avec TomaGold Corporation. IAMGOLD détient une participation indivise de 50 % dans la propriété et a l’option d’acquérir une participation indivise additionnelle de 25 %, pour une participation indivise totale de 75 % dans le projet.

Au 31 décembre 2018, les ressources minérales déclarées au projet Monster Lake, sur une base à 100 %, comprenaient 1,1 million de tonnes de ressources présumées d’une teneur de 12,14 g Au/t représentant 433 300 onces d’or contenu selon un scénario d’une mine souterraine (voir le communiqué de presse du 28 mars 2018 et du 19 février 2019). Le rapport technique préparé à l’appui conforme à la Norme canadienne 43-101 a été déposé sur SEDAR le 10 mai 2018.

Après la réalisation de l’estimation des ressources, la Société a publié des résultats d’analyse issus du forage au diamant d’environ 8 300 mètres en 2018. Les principaux résultats comprenaient : 3,8 mètres d’une teneur de 23,96 g Au/t, 3,8 mètres d’une teneur de 39,24 g Au/t, 2,6 mètres d’une teneur de 72,17 g Au/t et 5,3 mètres d’une teneur de 40,94 g Au/t (voir le communiqué de presse du 14 juin 2018). Les résultats du forage seront intégrés dans le modèle de la ressource et utilisés pour guider les prochains programmes de forage dans la zone du gisement.

En 2019, environ 6 000 mètres de forage est prévu pour évaluer certains secteurs sélectionnés ayant le potentiel d’abriter des zones additionnelles de minéralisation.

Nelligan – Canada (convention de participation conditionnelle avec Vanstar Mining Resources Inc.)

Le projet Nelligan, situé à environ 15 kilomètres au sud du projet Monster Lake dans le secteur de Chapais-Chibougamau au Québec est détenu en vertu d’une convention de participation conditionnelle dans une coentreprise avec Vanstar Mining Resources Inc. (« Vanstar »). La Société détient une participation indivise de 51 % dans la propriété et a l’option d’acquérir une participation indivise additionnelle de 29 %, pour une participation indivise totale de 80 % dans le projet (voir le communiqué de presse de Vanstar du 27 février 2018).

Au cours de 2018, la Société a effectué environ 13 400 mètres de forage au diamant dans le but d’évaluer le potentiel de ressources d’un large système de minéralisation récemment découvert, nommé la zone Renard. Le programme de forage a recoupé de larges zones d’altération et de minéralisation associées. Les résultats d’analyses publiés pendant l’exercice de 2018 comprenaient les résultats suivants : 56,6 mètres d’une teneur de 1,81 g Au/t incluant 30,8 mètres d’une teneur de 2,66 g Au/t; 82,6 mètres d’une teneur de 3,31 g Au/t; 42,1 mètres d’une teneur de 3,59 g Au/t et 27,8 mètres d’une teneur de 5,69 g Au/t (voir les communiqués de presse en date du 11 septembre et du 15 novembre 2018, ainsi que du 10 janvier 2019).

En 2019, un programme initial de forage au diamant sur un total d’environ 12 000 à 15 000 mètres est prévu pour définir et tester davantage la continuité de la minéralisation associée à la zone Renard. Les résultats de forage, jumelés aux études géologiques, géochimiques et structurales en cours, seront intégrés en vue d’étayer l’élaboration et le raffinement d’un modèle de gisement dans le but de déclarer une première estimation des ressources conforme à la Norme canadienne 43-101 en 2019.

Rouyn – Canada (convention de participation conditionnelle avec Ressources Yorbeau inc.)

Au quatrième trimestre de 2018, la Société a conclu une convention d’option d’achat avec Ressources Yorbeau inc. (« Yorbeau ») pour le projet aurifère Rouyn, situé près de la ville de Rouyn-Noranda au Québec. En vertu des modalités de la convention d’achat, la Société peut acquérir une participation de 100 % dans le projet en effectuant des paiements en trésorerie prévus totalisant 4 millions $ CA et en affectant un total de 9 millions $ CA à la prospection sur une période de quatre ans. À la fin de cette période, la Société doit réaliser une estimation des ressources conforme à la Norme canadienne 43-101, après quoi la Société pourra acquérir à son choix une participation de 100 % dans le projet, sous réserve d’un paiement à Yorbeau d’une redevance sur le rendement net à la sortie de fonderie de 2 %, d’une somme égale au moindre de 15 $ CA l’once de ressources ou 30 millions $ CA.

En 2019, un programme initial de forage au diamant sur un total d’environ 15 000 mètres est prévu.

Borosi Est – Nicaragua (convention de participation conditionnelle avec Calibre Mining Corporation)

Le projet Borosi Est, couvrant 176 kilomètres carrés, se situe dans le Triangle d’or du nord-est du Nicaragua et est détenu en vertu d’une convention de participation conditionnelle visant une entente de coentreprise avec Calibre Mining Corporation (« Calibre »). La Société détient actuellement une participation initiale de 51 % dans le projet et a exercé sa deuxième option lui permettant d’accroître sa participation jusqu’à 70 % dans le projet.

Au 31 décembre 2018, les ressources minérales déclarées, sur une base à 100 %, comprenaient des ressources souterraines présumées totalisant 3,2 millions de tonnes d’une teneur de 6,03 g Au/t et 104 g Ag/t représentant respectivement 624 000 onces d’or contenu et 10 758 500 d’onces d’argent contenu, ainsi que des ressources dans la fosse à ciel ouvert totalisant 1,2 million de tonnes d’une teneur de 1,98 g Au/t et de 16 g Ag/t représentant respectivement 76 500 onces d’or contenu et 601 000 onces d’argent contenu (voir les communiqués du 3 avril 2018 et du 19 février 2019). Le rapport technique préparé à l’appui conforme à la Norme canadienne 43-101 a été déposé sur SEDAR le 14 mai 2018.

Au cours de 2018, la coentreprise a réalisé environ 10 900 mètres de forage au diamant pour continuer de tester les structures filoniennes et y déceler des prolongements de la minéralisation. Les principaux résultats comprenaient : 15,9 mètres d’une teneur de 5,75 g Au/t et de 34,3 g Ag/t, incluant 4,65 mètres d’une teneur de 17,78 g Au/t et 32,5 g Ag/t et 8,7 mètres d’une teneur de 6,78 g Au/t et 5,3 g Ag/t, incluant 4,4 mètres d’une teneur de 13,2 g Au/t et 9,5 g Ag/t dans la structure de veine à La Luna; 8,0 mètres d’une teneur de 10,9 g Au/t et 859 g Ag/t Ag, incluant 1,6 mètre d’une teneur de 54,7 g Au/t et 3 957 g Ag/t dans la structure filonienne à San Cristobal (voir les communiqués de presse de Calibre du 12 juillet, du 5 septembre, du 5 décembre et du 18 décembre 2018).

En 2019, environ 6 000 mètres de forage au diamant devraient sont prévus afin de continuer à tester les réseaux filoniens en particulier.

Autre

Loma Larga (anciennement Quimsacocha) – Équateur

IAMGOLD, par sa part de 35,6 % dans les capitaux propres d’INV Metals Inc. (« INV Metals »), détient une participation indirecte dans le projet aurifère, argentifère et cuprifère Loma Larga en Équateur méridional. Au cours du quatrième trimestre de 2018, INV Metals a annoncé les résultats d’une étude de faisabilité soutenant la mise en valeur proposée d’une mine souterraine comportant une production anticipée moyenne annuelle de 227 000 onces d’or équivalent sur une DVM de 12 ans, à un taux de rendement interne après impôt de 24,7 %, une période de récupération de 2,6 ans et une valeur actualisée nette après impôt de 356 millions $ (voir le communiqué de presse d’INV Metals du 29 novembre 2018).

En 2019, INV Metals compte étudier des moyens d’optimiser le projet, continuer de se concentrer sur l’engagement des parties prenantes, faire progresser les démarches d’obtention de permis environnementaux et entreprendre des discussions concernant le financement.

Perspectives

En 2019, le programme de dépenses de prospection prévues (à l’exception des études de projets) totalisera 60 millions $ et comprendra des programmes de prospection primaire et à proximité des mines. Les programmes de prospection à proximité des mines viseront de nouveau l’élargissement des ressources le long du corridor Saramacca-Brokolonko près de Rosebel et les activités d’exploitation en cours à Essakane. Le forage continuera de viser la conversion de ressources à Westwood. Les programmes de prospection primaire continueront de chercher à accroître les ressources et à tester des cibles prioritaires aux divers projets d’exploration et de mise en valeur, notamment au projet Boto au Sénégal, au projet Diakha-Siribaya au Mali, au projet Pitangui au Brésil, aux trois projets au Canada, soit au projet Côté Gold (Ontario), aux projets Nelligan et Monster Lake (Québec) ainsi qu’au projet nouvellement acquis, le projet Rouyn-Yorbeau près de Westwood (Québec).

En 2019, le programme de développement des ressources et de prospection comprend environ de 250 000 à 275 000 mètres de forage en circulation inverse et de forage au diamant.

 (en millions $) Capitalisés 1 Dépensés Total
 Projets de prospection primaire — $ 34 $              34 $
 Projets de prospection à proximité des mines2 16  10              26
16 $ 44 $              60 $

 

1 La portion capitalisée des coûts prévus en 2019 de 16 millions $ est comprise dans les prévisions de coûts en immobilisations de 355 millions $ ± 5 % de la Société.
2 Les projets de prospection à proximité des mines incluent la prospection prévue aux mines existantes et le développement des ressources de 13 millions $.

RENVOIS ( excluant les tableaux )

1 Le coût des ventes, déduction faite de l’amortissement, comme indiqué à la note 38 des états financiers annuels consolidés de la Société, est sur une base attribuable d’onces vendues (hormis les participations ne donnant pas le contrôle de 10 % à Essakane et de 5 % à Rosebel) et n’inclut pas les coentreprises comptabilisées selon la méthode de mise en équivalence.
2 Il s’agit d’une mesure hors PCGR. Se reporter au rapprochement de la section des mesures de rendement hors PCGR du rapport de gestion.
3 Le taux JART désigne le nombre d’incidents occasionnant des jours d’absence, des restrictions et des transferts par 100 employés.

ÉTATS CONSOLIDÉS DE LA SITUATION FINANCIÈRE

(En millions de dollars américains) 31 décembre 2018 31 décembre 2017
Actifs
Actifs courants
         Trésorerie et équivalents de trésorerie 615,1 $ 664,1 $
         Placements à court terme 119,0 127,2
         Contrepartie à recevoir 93,8
         Créances et autres actifs courants 78,1 75,9
         Stocks 274,7 200,0
1 086,9 1 161,0
Actifs non courants
         Participations dans des entreprises associées et coentreprises constituées en société 76,8 69,0
         Immobilisations corporelles 2 436,1 1 940,2
         Actifs de prospection et d’évaluation 47,3 474,6
         Impôts sur les résultats à recevoir 8,6 17,3
         Trésorerie affectée 23,9 24,5
         Stocks 202,9 177,6
         Autres actifs 78,5 102,7
2 874,1 2 805,9
3 961,0 $ 3 966,9 $
Passifs et capitaux propres
Passifs courants
         Fournisseurs et autres créditeurs 196,0 $ 196,2 $
         Impôts sur les résultats à payer 15,4 14,9
         Portion courante des provisions 9,0 17,1
         Autres passifs 6,8 2,9
227,2 231,1
Passifs non courants
         Passifs d’impôts différés sur les résultats 188,2 198,2
         Provisions 341,4 299,0
         Dette à long terme 398,5 391,6
         Autres passifs 13,1 0,2
941,2 889,0
1 168,4 1 120,1
Capitaux propres
Capitaux propres attribuables aux porteurs de capitaux propres d’IAMGOLD
         Actions ordinaires 2 680,1 2 677,8
         Surplus d’apport 48,2 43,0
         Résultats non distribués 63,1 91,3
         Cumul des autres éléments du résultat global (perte) (58,8) (20,5)
2 732,6 2 791,6
Participations ne donnant pas le contrôle 60,0 55,2
2 792,6 2 846,8
Engagements et éventualités
3 961,0 $ 3 966,9 $

 

ÉTATS CONSOLIDÉS DES RÉSULTATS

       (non audités)
Trois mois terminés le Exercices terminés le
         31 décembre 31 décembre
(En millions de dollars américains, sauf les données par action)    2018 2017    2018 2017
Produits    274,3 $ 291,1 $ 1 111,0 $ 1 094,9 $
Coût des ventes    250,3 250,0  974,1  942,0
Profit brut      24,0 41,1  136,9  152,9
Frais généraux et administratifs      (11,7) (12,5)    (42,1)    (40,3)
Dépenses de prospection      (11,4) (8,8)    (39,2)    (38,4)
Reprise de pertes de valeur  524,1
Autres charges    (12,5) (10,3)    (21,5)    (18,3)
Profit (perte) provenant des exploitations      (11,6) 9,5      34,1  580,0
Part du profit net provenant des participations dans les entreprises associées et coentreprises constituées en société, nette d’impôts          4,4 4,8      12,6      15,0
Frais financiers        (5,2) (1,3)      (8,8)    (10,9)
Gain (perte) de change        (4,1) (1,5)    (13,6) 7,3
Produits d’intérêts et gains sur instruments dérivés et autres (pertes)          2,2 1,9      (6,0)      16,7
Profit (perte) avant les impôts sur les résultats    (14,3) 13,4      18,3  608,1
Impôts sur les résultats    (18,3) (30,3)    (38,0)    (97,6)
Profit net (perte nette)    (32,6) $ (16,9) $    (19,7) $  510,5 $
Profit net (perte nette) attribuable aux
Porteurs de capitaux propres d’IAMGOLD Corporation    (34,8) $ (17,7) $    (28,2) $  501,6 $
Participations ne donnant pas le contrôle          2,2 0,8 8,5 8,9
Profit net (perte nette)    (32,6) $ (16,9) $    (19,7) $  510,5 $
Attribuable aux porteurs de capitaux propres d’IAMGOLD Corporation
Moyenne pondérée du nombre d’actions ordinaires en circulation
(en millions)
     De base    466,6 465,2  466,5  463,0
     Dilué    466,6 465,2  466,5  467,5
Profit (perte) par action ($ par action)
     De base    (0,07) $ (0,04) $    (0,06) $      1,08 $
     Dilué    (0,07) $ (0,04) $    (0,06) $      1,07 $

 

ÉTATS CONSOLIDÉS DU RÉSULTAT GLOBAL

       (non audités)
Trois mois terminés le Exercices terminés le
         31 décembre 31 décembre
(En millions de dollars américains)      2018 2017 2018 2017
Profit net (perte nette) (32,6) $ (16,9) $ (19,7) $ 510,5 $
Autres éléments du résultat global (perte), nets d’impôt sur les résultats
Éléments qui ne seront pas reclassés en résultat
Variation dans la réserve des variations de la juste valeur des titres négociables
Variation nette non réalisée de la juste valeur des titres négociables (1,7) 9,9 (10,8) 17,9
Variation nette réalisée de la juste valeur des titres négociables (9,1) (0,4) (10,9)
Incidence fiscale (0,2) (0,3) 1,8 (0,6)
(1,9) 0,5 (9,4) 6,4
Éléments qui pourraient être reclassés en résultat
Variation dans la réserve des variations de la juste valeur des couvertures de flux de trésorerie
Partie efficace de la variation de la juste valeur des couvertures de flux de trésorerie      (29,6) 4,3 (1,1) 16,5
Valeur temps des contrats d’options exclus de la relation de couverture      (17,1) 2,5 (15,8) (1,9)
Variation nette de la juste valeur des couvertures de flux de trésorerie reclassées en résultat (1,4) (2,0) (10,9) (4,0)
Incidence fiscale 3,0 (0,4) 1,2 (0,3)
     (45,1) 4,4 (26,6) 10,3
Écart de conversion cumulé (1,3) (0,6) (1,2) 0,8
Total des autres éléments du résultat (perte) global      (48,3) 4,3 (37,2) 17,5
Résultat global (perte) (80,9) $ (12,6) $ (56,9) $ 528,0 $
Résultat global (perte) attribuable aux :
Porteurs de capitaux propres d’IAMGOLD Corporation (83,1) $ (13,4) $ (65,4) $ 519,1 $
Participations ne donnant pas le contrôle 2,2 0,8 8,5 8,9
Résultat global (perte) (80,9) $ (12,6) $ (56,9) $ 528,0 $

 

ÉTATS CONSOLIDÉS DES FLUX DE TRÉSORERIE

(non audités)
Trois mois terminés le Exercices terminés le
31 décembre        31 décembre
(En millions de dollars américains) 2018 2017 2018 2017
Activités d’exploitation
Profit net (perte nette) (32,6) $ (16,9) $ (19,7) $ 510,5 $
Ajustements pour :
     Frais financiers 5,2 1,3 8,8 10,9
     Charge d’amortissement 64,6 68,3 266,2 266,0
     Perte (gain) sur instruments dérivés (0,5) 0,4 (1,8) (6,9)
     Impôts sur les résultats 18,3 30,3 38,0 97,6
     Produit d’intérêts (3,1) (3,0) (13,3) (9,4)
     Reprise de pertes de valeur (524,1)
     Gain sur la vente d’une participation
de 30 % dans le projet Côté Gold
(19,2)
     Part du profit net provenant des
participations dans les entreprises
associées et coentreprises constituées en
société, nette d’impôts sur les résultats
(4,4) (4,8) (12,6) (15,0)
     Dépréciation des stocks 2,1 2,3 4,9 14,2
     Perte sur le remboursement de billets de
premier rang de 6,75 %
20,2
     Dépréciation d’un prêt à des parties liées 10,9
     Dépréciation d’actifs 0,9 1,0 9,2 2,5
     Incidence des variations des cours de
change sur les placements à court terme
1,8 5,2
     Incidence des variations des cours de
change sur la trésorerie et les équivalents
     de trésorerie 3,1 (0,1) 4,7 (11,4)
     Autres éléments hors trésorerie 11,1 10,6 18,7 9,6
Ajustements des éléments de trésorerie :
     Dividendes de Sadiola 2,1 2,1
     Règlement d’instruments dérivés 1,4 1,9 10,9 1,4
     Déboursés des obligations liées à la mise
hors service d’immobilisations
(1,0) (2,0) (4,9) (5,0)
Variations des éléments hors trésorerie du fonds de roulement et des empilements de minerai non courants (32,6) (3,0) (97,3) 1,3
Trésorerie provenant des activités d’exploitation, avant les impôts sur les résultats 34,3 86,3 230,0 345,3
Impôts sur les résultats payés (11,2) (21,1) (38,9) (50,0)
Trésorerie nette provenant des activités d’exploitation 23,1 65,2 191,1 295,3
Activité d’investissement
Investissement dans les immobilisations corporelles (84,4) (63,0) (257,2) (197,0)
Coûts d’emprunts inclus (14,5) (12,9) (28,1) (24,1)
Investissement dans les actifs de prospection et d’évaluation (10,6) (8,9) (42,5) (13,4)
Produits nets sur la vente d’une participation de 30 % dans le projet Côté Gold 92,1 92,1 96,5
Diminution de la trésorerie affectée 5,0 (0,1) 1,1 88,1
Acquisition de l’actif de prospection et d’évaluation Saramacca (8,2) (5,0) (8,2) (5,0)
Intérêts reçus 2,9 2,1 12,6 7,7
Disposition (achats) de placements à court terme 0,3 99,8 4,8 (127,2)
Achat d’actions ordinaires additionnelles d’une entreprise associée (7,4)
Autres activités d’investissement 19,8 7,7 0,5 4,4
Trésorerie provenant des (utilisée dans les) activités d’investissement 2,4 19,7 (224,9) (177,4)
Activités de financement
Intérêts payés (3,3) (0,3) (8,6)
Paiement des obligations de contrat-financement (0,4) (0,1) (1,2) (0,1)
Dividendes payés à des participations ne donnant pas le contrôle (3,7) (3,1)
Rachat de billets de premier rang de 6,75 % (505,6)
Produits nets de l’émission de billets de premier rang de 7 % 393,6
Pré-paiement à long terme pour contrat de location-financement (4,9)
Produits de l’émission d’actions accréditives 15,1
Autres activités de financement (2,8) (1,1) (5,3) (3,6)
Trésorerie utilisée dans les activités de financement (3,2) (4,5) (10,5) (117,2)
Incidence des variations des cours de change sur la trésorerie et les équivalents de trésorerie (3,1) 0,1 (4,7) 11,4
Augmentation (diminution) de la trésorerie et des équivalents de trésorerie 19,2 80,5 (49,0) 12,1
Trésorerie et équivalents de trésorerie au début de la période 595,9 583,6 664,1 652,0
Trésorerie et équivalents de trésorerie, à la fin de l’exercice 615,1 $ 664,1 $ 615,1 $ 664,1 $

 

TÉLÉCONFÉRENCE

Une téléconférence aura lieu le jeudi 21 février 2019 à 8 h 30 (heure normale de l’Est) au cours de laquelle la direction discutera des résultats d’exploitation et des résultats financiers de la Société du quatrième trimestre et de l’exercice de 2018. Une webdiffusion de la téléconférence sera disponible sur le site Web d’IAMGOLD à l’adresse www.iamgold.com.

Renseignements au sujet de la téléconférence : Nº sans frais en Amérique du Nord : 1 800 319-4610 ou à l’international : 1 604 638-5340.

L’enregistrement de l’appel sera disponible pendant un mois après la téléconférence en composant le nº sans frais en Amérique du Nord : 1 800 319-6413 ou à l’international : 1 604 638-9010, mot de passe : 2863#.

MISE EN GARDE CONCERNANT LES ÉNONCÉS PROSPECTIFS

Toute l’information contenue dans le présent communiqué de presse, y compris l’information relative au rendement financier ou aux résultats d’exploitation futurs de la Société et tout autre énoncé qui exprime les attentes ou les estimations de la direction quant aux rendements futurs, à l’exception des faits historiques, constitue des énoncés prospectifs. Les énoncés prospectifs sont établis selon des anticipations, des estimations et des projections à la date du présent communiqué de presse. Par exemple, les énoncés prospectifs dans le présent communiqué de presse se retrouvent, sans s’y limiter, dans les titres des rubriques intitulées « Prochains catalyseurs de croissance », « Analyse des activités de chaque site », « Projets de mise en valeur » et « Prospection », et comprennent sans s’y limiter, les énoncés en ce qui concerne les prévisions de la Société à l’égard de la production, le coût des ventes, le total des coûts décaissés, les coûts de maintien tout inclus, les charges d’amortissement, le taux d’impôt effectif, les coûts en immobilisations, les perspectives des exploitations, , les projets de mise en valeur et d’expansion, la prospection, les cours futurs de l’or, l’estimation des réserves et des ressources minérales, la réalisation des estimations des réserves et des ressources minérales, le moment et le volume de la production future estimée, les coûts de production, les délais d’obtention des permis, les fluctuations des monnaies, les exigences d’investissement supplémentaire, la réglementation gouvernementale des exploitations minières, les risques environnementaux, les dépenses de réhabilitation non anticipées, les litiges liés aux titres de propriétés ou de claims et les limitations de couverture d’assurance. Les énoncés prospectifs sont fournis dans le but de donner des renseignements concernant les attentes actuelles de la direction et les plans au sujet de l’avenir. Les énoncés prospectifs sont généralement reconnaissables par leur utilisation des termes, sans s’y limiter, « pouvoir », « devoir », « continuer », « s’attendre à », « anticiper », « estimer », « prévoir » ou « chercher à » « compter », « croire » ainsi que « prévisions », « perspectives », « potentiel », , « indice », « cible »,, , « stratégie » ou « projet » y compris dans une tournure négative ou des variantes de ces termes ou une terminologie comparable. Les énoncés prospectifs s’appuient nécessairement sur un certain nombre d’estimations et d’hypothèses qui, bien que jugées raisonnables par la direction, sont, de par leur nature, assujetties à d’importantes incertitudes et éventualités d’ordre commercial, économique et concurrentiel. Par conséquent, le lecteur ne devrait pas se fier indûment aux énoncés prospectifs. La Société met en garde le lecteur que de tels énoncés prospectifs comportent des risques, des incertitudes et d’autres facteurs pouvant entraîner des écarts considérables entre les résultats financiers, le rendement ou les réalisations réels d’IAMGOLD et les prévisions des résultats, du rendement ou des réalisations futurs, exprimés ou sous-entendus par ces énoncés prospectifs et que les énoncés prospectifs ne constituent pas de garanties quant aux résultats futurs. Les énoncés prospectifs ne constituent en aucun cas une garantie des résultats futurs. Ces risques, incertitudes et autres facteurs comprennent, sans s’y limiter, les fluctuations du cours mondial de l’or, du cuivre, de l’argent ou de certaines autres marchandises (comme le diesel et l’électricité) ; les fluctuations du dollar américain et des autres monnaies, des taux d’intérêt ou des taux d’emprunt de l’or ; les risques découlant de la détention d’instruments dérivés ; les niveaux de liquidités et des sources de financement ; l’accès aux marchés financiers et au financement ; les régimes fiscaux miniers ; la capacité à réussir l’intégration des actifs acquis ; l’évolution des lois, des politiques ou de l’économie des États dans lesquels la Société exerce des activités ; les difficultés opérationnelles ou techniques pouvant survenir dans le cadre des activités d’exploitation et de mise en valeur ; les lois et la réglementation régissant la protection de l’environnement ; les relations de travail ; la disponibilité et les coûts supérieurs associés aux intrants miniers et à la main-d’œuvre ; les négociations de nouvelles conventions collectives raisonnables pourraient ne pas être fructueuses, auquel cas une grève ou un arrêt de travail pourrait être déclenché, ce qui aurait une incidence adverse considérable sur le résultat net et la situation financière de la Société ; la nature spéculative de la prospection et de la mise en valeur, notamment les risques d’épuisement graduel des réserves ou la diminution de leur teneur ; l’évolution défavorable des cotes de crédit de la Société ; les contestations relatives aux titres de propriété, surtout dans le cas des propriétés non mises en valeur ; la capacité de livrer de l’or conformément aux accords de paiements anticipés sur la vente à terme d’or; le droit des parties de mettre fin aux accords de paiements anticipés sur la vente à terme d’or dans certains cas ; l’incapacité d’appliquer une hausse du cours de l’or excédant le plafond d’une opération à fourchette de taux (tunnel) conclue dans le cadre d’un accord de paiement anticipé sur la vente à terme d’or, comme l’opération à fourchette de taux conclue relativement à l’or vendu à terme en janvier 2019 ; et les risques associés à la prospection, à la mise en valeur et à l’activité minière. Les risques et incertitudes inhérents à tous les projets incluent l’inexactitude des estimations des réserves et des ressources, la récupération métallurgique, les coûts en capital, les coûts d’exploitation de ces projets et le prix futur de l’or. Les projets de mise en valeur n’ont aucun historique à partir duquel il est possible d’établir une estimation des flux de trésorerie futurs. Les coûts en immobilisations et le temps requis pour mettre en valeur de nouvelles mines ou autres projets sont considérables, et des changements dans les coûts ou l’échéancier de construction peuvent avoir une incidence sur la rentabilité du projet. Les coûts réels et le rendement économique pourraient différer considérablement des estimations d’IAMGOLD ou IAMGOLD pourrait ne pas obtenir les approbations gouvernementales nécessaires à la poursuite de la mise en valeur, du développement ou de l’exploitation d’un projet.

Pour obtenir une analyse détaillée des risques auxquels la Société est confrontée, et qui peuvent faire en sorte que les résultats financiers, la performance opérationnelle ou les réalisations réelles d’IAMGOLD et les prévisions des résultats, de la performance opérationnelle ou des réalisations futures, exprimées ou sous-entendues par ces énoncés prospectifs et que les énoncés prospectifs diffèrent de façon importante, se reporter à la plus récente notice annuelle de la Société déposée auprès des commissions des valeurs mobilières canadiennes sur le site www.sedar.com, et aussi dans le formulaire 40-F (Form 40-F) déposé auprès de la « United States Securities and Exchange Commission » sur le site www.sec.gov/edgar.shtml. Les risques décrits dans la notice annuelle (déposée et consultable sur les sites www.sedar.com et www.sec.gov/edgar.shtml et également disponible sur demande auprès de la Société) sont inclus par référence au présent communiqué de presse.

La Société n’a aucune intention ou obligation de mettre à jour tout énoncé prospectif, verbalement ou par écrit, qui peut être fait, à l’occasion, par IAMGOLD ou en son nom, sauf si les lois l’exigent.

Personnes qualifiées

Les renseignements techniques concernant les activités de prospection contenues dans le présent communiqué sont préparés sous la supervision de Craig MacDougall, géologue professionnel, vice-président principal, Exploration, pour IAMGOLD, et sont revus et vérifiés par ce dernier. M. MacDougall est une personne qualifiée pour les besoins de la Norme canadienne 43-101.

Au sujet d’IAMGOLD

IAMGOLD (www.iamgold.com) est une société minière de rang intermédiaire possédant quatre mines d’or en exploitation situées sur trois continents. À sa solide base d’actifs stratégiques en Amérique du Nord, en Amérique du Sud et en Afrique de l’Ouest s’ajoutent des projets de mise en valeur et d’exploration. IAMGOLD est en bonne position pour assurer sa croissance grâce à une saine santé financière, combinée à une expertise de gestion et d’exploitation.

Pour de plus amples renseignements :

Indi Gopinathan, responsable, Relations avec les investisseurs, IAMGOLD Corporation
Tél. : 416 360-4743 Cellulaire : 416 388-6883

Martin Dumont, analyste principal, Relations avec les investisseurs, IAMGOLD Corporation
Tél. : 416 933-5783 Cellulaire : 647 967-9942

Sans frais : 1 888 464-9999 info@iamgold.com

Veuillez noter :

Vous pouvez obtenir une copie de ce communiqué de presse par télécopieur, par courriel, sur le site web d’IAMGOLD à www.iamgold.com et sur le site web de Newsfile à www.newsfilecorp.com. Vous pouvez obtenir tous les documents d’IAMGOLD sur le site www.sedar.com ou www.sec.gov.

The English version of this news release is available at http://www.iamgold.com/.

To view the source version of this press release, please visit https://www.newsfilecorp.com/release/42951

 

Date Sent: 2/20/2019 5:06:27 PM Powered by Q4 Inc.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *